LDA
23 rue Thiergarten 67000 Sxb
219 blvd Davout 75020 Paris
+33 (0) 9 51 81 57 29

contact@lda.archi







built with indexhibit

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ecole élémentaire Aristide Briand

lieu Benfeld, France
maître d'ouvrage Ville de Benfeld
maître d'oeuvre Lionel Debs Architectures
BGA, architecte associé
Mcis, structure
Jost, Fluides
Les Economistes, Economie
C2Bi, Pilote

programme restructuration de 9 classes + création de 3 classes, accueil et salle sportive
surface 1500 m2
budget 3 000 000 euros ht
performances bâtiment en extension BBC RT 2012 / bâtiment existant BBC Rénovation
statut livré en 2016


C’est au coeur de la commune alsacienne de Benfeld que se tient l’école élémentaire Aristide Briand. Confession d’une construction d’après-guerre, le bâtiment fait alors défaut par la faiblesse de ses espaces. Sa restructuration ainsi que son extension s’imposent inévitablement, concédés par l’exigence formulée du concours qui prévoit l’accueil sécurisé de plus de 300 élèves.

Dès lors, le contexte environnant est déterminant. Nichée au contrebas du terrain existant, l’extension tente de concilier la déclivité du site, la faible portance du sol ainsi que l’altitude de la nappe phréatique, et par suite, le contexte patrimonial marqué, contraignant. Le rapport au bâti existant quant à lui se devait d’articuler les deux édifices sans tendre à la confrontation. Dans ce sens, la transposition de la toiture à deux pans en un dispositif lumineux déviant, ainsi que l’utilisation du parement de briques, tente de faire le lien entre des dispositions locales et un discours architectural enclin à véhiculer une forme de pérennité et d’efficacité. Par suite, tantôt cadrage ainsi qu’évocation aux édifices publics avoisinants, l’extension minimise son impact par rapport au contexte environnant, tout en témoignant du caractère public de l’extension.

À la rencontre des deux édifices, le hall d’accueil rend compte d’un espace généreux. Véritable rotule de desserte, il remplit également une volonté de transparence qui tente de livrer une forme de compréhension et d’orientation à travers la continuité visuelle offerte d’une rue à l’autre. L’escalier monumental se désolidarise volontairement du mur pour en faire un objet ludique au regard des enfants, qui peuvent courir librement autour, où se réfugier dans son flanc pour profiter d’un coin lecture plus calme. Enfin, jonction entre les différents étages, il fait la liaison entre les espaces communs de l’extension au rez-de-chaussée, et les salles de classe aux étages.

Au niveau de la cour, la salle polyvalente largement ouverte sur l’extérieur profite quant à elle tout autant aux plus petits qu’aux plus grands, la transversalité du hall d’accueil permettant un accès différencié qui soutient les différentes temporalités de l’espace, qui se veut à l’usage de l’école mais également de la commune. Dans la continuité de cette transparence, le préau vient s’intégrer dans l’épaisseur du bâtiment. Là encore, les espaces sont travaillés de manière ludique et divertissante. L’implantation de l’extension en contrebas de la cour existante offre une seconde cour plus intime, tandis que certains éléments architecturaux prennent une deuxième orientation, d’ordre éducative, comme l’illustre la retombée de gargouille dans un bassin ancré dans la cour. De manière similaire, la terrasse pédagogique de l’étage initialement destinée à un espace coupe feu pour les personnes à mobilité réduite, rend compte de cette volonté de transposer certaines contraintes au service de l’école.

Dans cette veine, il était également question de trouver des alternatives aux normes de sécurité incendie qui imposaient le cloisonnement des espaces. L’installation de portes coupe-feux ainsi que du haut jour filant à l’étage, doivent autoriser le désenfumage, et ainsi permettre d’ouvrir largement le hall d’accueil ainsi que les espaces de circulation, précisés par une lumière zénithale plus diffuse. Au regard du contexte climatique, les hauts jours ont également fait office de ventilation naturelle, appuyés par une composition de toiture qui contribue à la régulation de la température.

Les matériaux participent à la mise en clarté des espaces. L’association du béton et du bois anime l’espace de manière chaleureuse, tandis que les percements, réduits dans leur perception, se revêtissent d’aluminium laqué noir à l’extérieur pour se fondre plus habillement dans la brique sablée qui enveloppe l’extension. En guise de mise en relation des deux bâtiments, la brique se prolonge sur la façade de l’école existante, venant souligner le soubassement de l’école. Les fenêtres en longueur des salles de classe font elles écho à celles de l’école préexistante.

En somme, l’enjeu de ce projet s’est dirigé à la fois sur les contraintes environnantes avec lesquelles il fallait composer, sur la prise en compte des normes sécuritaires et urbanistiques, sur l’existence préalable de la première aile de l’école, ainsi que sur la volonté de préciser le caractère public et ludique du bâtiment.

photographies: Emmanuel Kuhn